Chauffeur de taxi à Lannion depuis trente ans, Raymond Peran a eu l’occasion de transporter tous types de passagers, célèbres ou anonymes. Il s’est constitué une clientèle fidèle à laquelle il est dévoué mais surtout très attaché.

Petit chauve à lunettes, au sourire chaleureux, Raymond Peran est chauffeur de taxi à Lannion. Son petit accent du sud-ouest lui donne un air sympathique. Avec plus de quatre millions de kilomètres au compteur, il n’est pas encore question de décrocher du volant. A 65 ans passés, il est fier de ne jamais avoir perdu aucun points sur son permis de conduire.

Apprendre l’anglais

Raymond s’est installé en 1976 à Lannion et en trente ans, l’homme a vu sa clientèle changer. Autrefois, son activité se concentrait sur la zone Pégase avec les formations d’ingénieurs chez Alcatel. « Il y avait souvent des étrangers, c’était très enrichissant, c’est comme cela que j’ai appris quelques notions d’anglais. Je les emmenais à l’hôtel, au restaurant, en balade sur la côte le week-end ».

Transport médical

Aujourd’hui, 80% de son travail est consacré au transport médical. Des passagers particuliers auquel le chauffeur de taxi s’est attaché. « Chaque jour quand j’ouvre le journal, la première rubrique je lis est celle des décès, confie t-il. Je fais toujours le maximum pour assister aux funérailles. Demain, je vais à l’enterrement d’une mère de famille de quarante ans décédée d’un cancer. » Les séances de chimiothérapie s’étalent sur deux mois à raison de cinq séances par semaine de quoi « créer des liens ».

A côté de ces patients, Raymond Peran a eu aussi des passagers plus connus comme Joe Dassin ou Patrick Poivre d’Arvor, des rencontres qu’ils l’ont parfois déçu.

Loin de ces personnages célèbres, une petite grand-mère lilloise est l’une des plus belles rencontres du chauffeur de taxi. Pendant une dizaine d’année, Raymond Peran est allé la chercher à Lille pour l’emmener dans sa maison de vacances à Perros-Guirec. Un lien presque familial s’est noué entre eux. Aux célébrités, Raymond préfère l’intimité de ces habitués.