Depuis les années 2000, une nouvelle pratique se développe sur le web. Elle a révolutionné le monde des transports : le covoiturage. A l’heure où l’écologie est reine et les finances sont basses, le covoiturage est la solution idéal pour voyager léger. Les sites ne cessent de se multiplier, il est même parfois difficile de s’y retrouver.

L’équipe de la Carte au Trégor vous propose une étude comparative de trois sites phares : Covoiturage.fr, Covoiturage-libre.fr et Ticoto.fr


Les structures


Covoiturage.fr : Créé depuis 2004, ce site privé est rapidement devenu la référence en terme de covoiturage en ligne. Depuis fin 2011, il est devenu partiellement payant, refoulant bon nombre de ses utilisateurs.

Covoiturage-libre.fr : Créé en novembre 2011 par Nicolas Raynaud en réaction aux changements de covoiturage.fr, le site s’est imposé sur la toile comme un concurrent de poids. « Association à but non-lucratif » – tel est le sous-titre du site, il prône la simplicité et lutte contre la déshumanitation du covoiturage sur le web.

Ticoto : Créé en 2006 par le Conseil Général des Côtes d’Armor, ce site a pour but de favoriser les déplacements dans le département. Depuis 2010, il est géré par la CAT, dans le cadre de la délégation des services public Tibus. L’objectif étant de rapprocher les deux sites.

1. l’interface


Covoiturage.fr : le site est facile d’accès. Pour une inscription, il suffit de donner ses nom et prénom, sa date de naissance et son numéro de téléphone. Ensuite, vous aurez la possibilité de détailler votre profil, grâce à un questionnaire plus élargi, témoignant d’un service de sécurité hors-pair. Pour déposer un trajet, le principe est simple : vous êtes guidés par le site qui vous propose même une somme en prenant en compte les kilomètres, les péages et les arrêts. L’interface est travaillée, c’est un site bâti par des professionnels du web.

Covoiturage-libre.fr : Trois couleurs : bleu foncé, orange et vert. Des blocs simples aux bords arrondis sur un fond blanc. Le visuel est enfantin, mais le contraste efficace. En gros, il est impossible de s’y perdre, et c’est à peu près tout ce qu’on demande à un site internet. Les fonctions sont plus basiques, pas de Google Maps pour visualiser les trajets par exemple, mais n’oublions pas que le site a été créé il y a quelques mois.

Ticoto.fr : pour s’inscrire sur le site. La démarche est facile, il vous suffit de donner votre adresse mail et de créer un mot de passe. Ensuite, vous remplirez un petit questionnaire plus détaillé. Le plus du site : si votre trajet correspond à une ligne du réseau de cars, vous pourrez ensuite obtenir les propositions de covoiturage et les horaires de la ligne adéquate.

2. la simplicité


Covoiturage.fr : le mode de paiement n’est plus si facile avec ce site, car depuis novembre 2011, les passagers doivent payer en ligne avec une carte bancaire lorsqu’ils s’agit de trajets de plus de 200 km. Pour les covoitureurs-conducteurs, ils ont le choix entre le paiement illico et le paiement habituel (de la main à la main).

Covoiturage-libre.fr : « Covoit’libre » est un site très facile d’utilisation. Et c’est le but. Renouer avec les valeurs-mère du covoiturage, le contact facile entre conducteur et passager et le paiement en liquide. En revanche, il n’y a pas de compte-utilisateur, par conséquent pas de profils de conducteurs, pas de commentaires sur les trajets, etc. De plus, la protection des coordonnées n’est pas la volonté du site.

Ticoto.fr : le mode de paiement est simple : les covoitureurs s’arrangent entre eux. Quelquefois, les paiements ne se font pas avec de l’argent; des agriculteurs proposent des légumes, etc. A vous de voir ce que vous avez de mieux à offrir !

3. le rayon d’action


Covoiturage.fr : l’étendue géographique du site est plutôt prenante. Globalement, les trajets sont proposés en France, mais il est possible de covoiturer en Europe.

Covoiturage-libre.fr : Au 20 janvier 2012, le site recense « 7 493 annonces publiées depuis sa création il y a 69 jours ». Même si les trajets sont à dominance en Bretagne, l’étendue géographique est très respectable. Son rayon d’action grandit à la vitesse de son développement et de sa notoriété.

Ticoto.fr : le problème majoritaire du site se trouve là. Vous ne pourrez pas covoiturer en dehors des Côtes d’Armor, c’est un rayon d’action très restreint.

4. la fréquentation


Covoiturage.fr : Étant la référence en terme de covoiturage en ligne, ce site est très visité. Aujourd’hui, on compte près de 500 000 utilisateurs.

Covoiturage-libre.fr : Pour un (très) jeune site, le site est très bien référencé sur Google. La communication se fait plutôt bien notamment par Facebook, et par les bénévoles de l’association. Résultat : environ 1 000 visiteurs par jour en ce début d’année 2012. Un bon score pour ce bébé du web.

Ticoto.fr : Aujourd’hui, ils sont 3 325 inscrits sur le site, dont 1 805 femmes et 1 520 hommes. Le résultat était plutôt positif pour un site qui limite l’espace de déplacement.

Résultat


Covoiturage.fr reste le leader, autant dans les fonctionnalités que dans le nombre d’utilisateurs quotidien. Mais leurs récents changements ont fâché beaucoup d’internautes, qui se tournent peu à peu vers la simplicité de Covoiturage-libre.fr. Ticoto reste à l’écart dans l’histoire.

Témoignage

Quentin Dulion, étudiant en Réseaux et Télécommunications à l’IUT de Lannion, est bénévole pour la protection de Covoiturage-libre.fr. Avec d’autres bénévoles, il « teste » le site, c’est-à-dire qu’il isole des copies sur site hors du web pour mettre à l’épreuve sa résistance au hacking. Il nous parle un peu de sa déception concernant les changements de Covoiturage.fr et par extension de la raison d’être du nouveau site.

SD & BBL