Tout comme les jeunes conducteurs, les plus de 65 ans font partie des tranches d’âge les plus touchées par les accidents de la route. Des problèmes physiques et une méconnaissance du code sont les principales causes d’accidents.

En 2006, la mort d’un enfant de 8 ans, renversé par un octogénaire, relance le débat de la conduite des séniors en France. L’automobiliste ne s’était pas rendu compte de l’accident et avait continué sa route. Depuis, des propositions ont été émises par le gouvernement (visite médicale obligatoire, réapprendre le code, leçons de conduite), sans vraiment se concrétiser. Sous-régime, oubli de clignotant, mauvais placement dans les rond-points, méconnaissance des panneaux de signalisation : l’âge altère-t-il vraiment la conduite ?

Un tiers des tués sur la route

D’après le Conseil Général des Côtes d’Armor, en 2011 13 des 39 tués sur les routes du Trégor étaient des personnes âgées de plus de 65 ans (dont 7 conducteurs/passagers). « Un chiffre qui est un peu plus élevé que la moyenne nationale. Cela s’explique aussi par le fait que la population de la région est, en moyenne, plus âgée« , explique Sylvain Charles, en charge de la prévention routière au Conseil Général.

La plupart des accidents de la route qui concernent les plus de 65 ans ont lieu aux intersections, au moment de la prise de décision. Motricité, vue, audition et réflexes ne sont plus les mêmes. « C’est un endroit délicat, il y a plein de choses à faire. Il faut bien se positionner, ralentir, rétrograder, regarder à droite puis à gauche« , analyse Sylvain Charles.

Quels sont vraiment les problèmes que rencontrent les seniors face à la conduite ? Le Dr. Deniau, qui a participé à des conférences sur la conduite des personnes âgées y répond.


Les problèmes physiques et moteurs occasionnés par le vieillissement (passez la souris sur l’image pour voir les informations)

Mais les problèmes physiques ne sont pas les seules causes de la mauvaise conduite de certains seniors. Depuis cinquante ans, les routes ont bien changé. Il y a beaucoup plus de ronds-points et de « priorités », selon Sylvain Charles. Ceci explique aussi en partie le nombre important d’accidents occasionnés par des personnes âgées dans les intersections.

Des conférences pour réduire les risques

Le Conseil Général des Côtes d’Armor a décidé de prendre les devants en organisant des conférences et des journées de pratique de la conduite auprès des personnes âgées. Le dernier événement de ce genre a eu lieu à Lannion le 26 mai 2011 et a réuni 45 Trégorois âgés de plus de 60 ans. Depuis, les auto-écoles de la région avouent compter régulièrement dans leurs rangs des seniors qui viennent prendre des leçons de conduite ou de code. Il y a en fait deux écoles : ceux qui reconnaissent ne plus être en capacité de conduire sans représenter un danger, et ceux qui ne voient qu’une différence très minime avec leurs 20 ans.

Certains seniors, au même titre que les jeunes conducteurs, représentent donc un danger sur la route. A la différence que la plupart des personnes âgées semblent avoir conscience de leur lacunes, puisqu’elles sont directement dues à des problèmes physiques. Des solutions sont proposées par Lannion-Trégor Agglomération, comme Agglo’Mobi, pour ne pas avoir à prendre la voiture, le tout est de savoir s’en saisir.